Bienvenue sur le site officiel de Sanvignes

Reconnaissance de Sanvignes en catastrophe naturelle sécheresse du 1er juillet 2020 au 30 septembre 2020.

La commune de Sanvignes à été reconnue en état de catastrophe naturelle pour des mouvements de terrain différentiels consécutifs à la sécheresse et à la réhydratation des sols du 1er juillet 2020 au 30 septembre 2020.

L'arrêté a été publié au journal officiel le 7 mai 2021. Télécharger l'arrêté.

 

À l’Institut Médico Éducatif du Parc de Saint-Vallier géré par les Papillons Blancs d’Entre Saône et Loire, un groupe d’enfants âgés de 11 à 14 ans pratiquent la randonnée pédestre dans le cadre des activités sportives. Celle-ci est une activité d’Éducation Physique et Sportive qui développe l’endurance et les habiletés motrices comme la marche et l’équilibre. Elle permet également l’acquisition de compétences sociales et civiques et contribue grandement au développement de l’autonomie pour l’enfant. La randonnée pédestre est l’occasion de mettre en place des liens interdisciplinaires comme par exemple des moments d’observation, qui sont multiples et qui permettent d’observer et de comprendre l’environnement (le paysage, la faune, la flore) à l’aide des 5 sens. Cette activité est particulièrement riche, elle peut être pratiquée par tous les enfants, contribuant ainsi à l’éducation à la santé. Les parcours fortement appréciés à Sanvignes sont le terril de Morteru, le lac des Fouthiaux et le lac de Saint-Amédée. Ces différents circuits avec leurs différents dénivelés offrent un grand « terrain de jeu » pour ces randonneurs en herbe. Il est important aussi de mettre en avant leur engagement et leur sensibilité à l’écologie à travers leur pratique. Les jeunes randonneurs ne manquent pas de participer au nettoyage et au respect du site. À l’initiative d’un petit groupe d’enfants pratiquant cette activité (Augustin, Kévin, Anthony, Savannah et Axel), à chaque sortie sur les sites les enfants prennent gants, pinces, sacs poubelles et ramassent avec convictions pendant leur randonnée les détritus « égarés ». Cette démarche volontaire est leur souhait de contribuer à laisser une planète propre. La municipalité de Sanvignes tient à remercier ces enfants pour cet acte citoyen et engagé au respect de l’environnement. Elle espère que l’initiative de ces enfants de l’IME serve d’exemple pour les petits et grands et sensibilise le public de ces sites au respect de la nature. Un grand bravo à eux, merci. Thomas FOURRIER

La commémoration de l'armistice de la seconde guerre mondiale s'est déroulée au monument aux morts.

Cette année, pas de grand défilé mais tout de même, l'Harmonie pour accompagner la cérémonie par la Marseillaise et l'Hymne Européen.

Les gerbes ont été déposées par Monsieur le Maire et Monsieur BOGUET, Président du Souvenir Français, accompagnés par de jeunes enfants.

Discours de Jean-Claude LAGRANGE

La France, l’Europe, Le Monde sortent d’une longue et douloureuse épreuve.
Certains ont réussi à traverser, à continuer leur vie, malheureusement d’autres n’ont jamais vue la LIBERATION.
Beaucoup connurent l’exode, la faim, la séparation, la captivité, la misère, les camps, la déportation.
Au prix d’efforts de reconstruction, des jours meilleurs sont revenus après cette deuxième guerre Mondiale.
Aujourd’hui si nous connaissons l’HISTOIRE nous ne l’avons pas vue. Les derniers témoins parlent mais ne se font pas forcement entendre.
Je vais relater l’histoire d’une victime innocente.

marie jelen1Elle s’appelait Marie JELEN, elle avait 10 ans.
Marie fut arrête le 16 juillet 1942 lors de la rafle du VEL D’HIV avec sa mère.
A partir de cette date sous l’autorité du gouvernement de Vichy, elle écrit à son père ICEK-Juf d’origine polonaise tailleur à PARIS qui fut réquisitionné dans les Ardennes.
Dans sa première lettre, je cite : «Cher papa,
On nous envoie au Vélodrome d’hiver mais il ne faut pas nous écrire maintenant parce que ce n’est pas sûr qu’on restera là.
Je t’embrasse bien fort et maman aussi.
Ta petite fille qui pense à toi. »
Effectivement elle sera transférée au camp de PITHIVIERS dans le Loiret en France !!!
Le 31 juillet 1942 Marie est séparé de sa mère Estera déportée vers AUSCHWITZ avec 358 femmes et 690 hommes.
La maman de Marie mourut rapidement. MARIE reste seule.
Dans les camps, les conditions sont difficiles pour les enfants. Les maladies se transmettent à grande vitesse. Après la scarlatine, Marie attrape la varicelle. Pendant son internement, Marie écrit plusieurs lettres à son père pour le rassurer. Presque des lettres d’enfants en colonie de vacances. (Je cite) « J’ai bon appétit, je dors bien, je m’amuse bien… ».
C’est la censure, la réalité est toute autre. Le 19 septembre 1942, le secrétaire général de la police française BOUSQUET adresse un courrier au préfet d’Orléans pour lui dire de ne pas s’opposer au départ des juifs de PITHIVIERS.
Marie écrivit en tout 7 lettres voici la 7ème et dernière Pithiviers 19 septembre 1942.
« Mon cher papa, Il y a très longtemps que je ne t’ai pas écrit parce que j’attendais la permission d’écrire des lettres.
Tu vas pouvoir m’envoyer une réponse dans l’autre enveloppe et je voudrais si tu peux, que tu m’envoie ma photo, celle de maman, et la tienne, il y a très longtemps que je ne t’ai pas vu.
J’espère je te reverrais bientôt. Essaie de me faire sortir ainsi je serais avec toi. Ici je perds toutes mes forces.
J’ai beaucoup maigris, je suis encore malade. Il y a des gens qui disent qu’on va libérer les enfants de moins de 16 ans.
J’espère que j’aurais la réponse la plus tôt possible. Sois en bonne santé ne tombe pas malade comme moi je fais. Ne t’ennuie pas comme moi car je pleure souvent en pensant à toi.
Ta petite fille qui t’aime et qui t’embrasse bien fort.
Marie.


3 jours après avoir écrit cette lettre Marie Jelen a été déportée.
Avec elle, 1015 autres personnes entrèrent dans des wagons à bestiaux. Il y avait parmi eux 163 enfants car aucun enfant de moins de 16 ans n’a été libéré…
Le convoi est arrivé à AUSCHWITZ le 23 Septembre 1942 : 210 Hommes et 144 Femmes ont été sélectionné pour le travail parmi eux 23 seulement était encore en vie en 1945. Mais tous les enfants et la plupart des adultes ont été conduits immédiatement vers les chambres à gaz.
La petite Marie qui se préparait à fêter son 11éme anniversaire (elle était née le 20 novembre 1931) est morte gazée à AUSCHWITZ le 23 septembre 1942.
Voilà l’histoire d’une enfant qu’il ne faut pas oublier, voilà l’atrocité que vécurent des millions d’êtres humains par des bourreaux fanatiques animés par la haine.
Aujourd’hui encore, le fanatisme, le terrorisme, le réveil des paternalismes menacent la paix, la sécurité des peuples, la liberté et les droits de l’HOMME.

Fidèle au souvenir de celles et ceux qui ont été sacrifiés, ou qui ont sacrifié leur vie au combat en résistant, menons ensemble LE combat en faveur de la solidarité et de la PAIX.

Belles et rebelles

Inaugurée lors du Troc'Plants à la Trèche le 8 mai dernier, l'exposition "Sauvages des Rues - Belles et rebelles" proposée par le CPIE (centre permanent d'initiatives pour l'environnement) Pays de Bougogne est désormais visible à l'école Liberté face à la mairie.

Composée de 20 bâches, cette exposition permet de porter un autre regard sur les plantes sauvages des rues.

Mauvaises herbes, indésirables, adventices, médicinales...leurs appellations sont multiples, les idées reçues aussi. Pas si folles, ces herbes sont souvent plutôt jolies, et même parfois très utiles, méritant qu'on s'y arrête un peu !

Alors avant de vouloir les éradiquer par du désherbant ou un arrachage manuel fastidieux, venez jeter un oeil à ces sauvageonnes qui pourront vous étonner par leur multiples propriétés.

L'exposition est visible jusqu'au 16 mai à l'école Liberté et la semaine suivante aux abords de l'école maternelle Sembat.

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent le bon fonctionnement de notre site et de ses services. En savoir plus J'ai bien compris