Bienvenue sur le site officiel de Sanvignes

Pierre Agnola (étudiant ingénieur agronome), a effectué un service civique « environnement » à Sanvignes durant 10 mois, de septembre 2016 à juin 2017. Il a acquis une bonne connaissance de notre territoire, arpenté les chemins caillouteux. Il a dressé un premier constat concernant notre végétation et pointé le problème des plantes invasives.

Qu’est-ce qu’une espèce invasive ?

ragondinC’est une plante ou un animal le plus souvent exotique qui perturbe la flore locale et les habitats naturels de la faune.  Ces espèces sont non seulement invasives mais parfois hautement allergènes comme l’ambroisie.

Voici un petit diaporama difusé lors de la réunion publique du 5 octobre 2016 qui met en images les espèces invasives.
Pierre a identifié 4 plantes et un animal sur la commune et établi une fiche d’identité de chaque espèce :

(Cliquez pour voir la fiche d'identité)

La renouée du Japon

L’ambroisie

L’élodée du Canada

La berce du Caucase

Le ragondin  

La rubrique de Pierre AGNOLA

2En arpentant les routes, sentiers et bois, pour aller à la rencontre du patrimoine naturel de la commune, on peut fairel’expérience d’une biodiversité riche qui interpelle et intéresse à chaque fois que l’on va à sa rencontre. De l’écureuil roux caché dans le feuillage des conifères du terril de Morteru, au héron cendré présent tous les matins près des plans d’eaux, en passant par les chênes majestueux qui habillent le bocage du charolais, la nature à Sanvignes-les-Mines ne demande qu’à être observée et admirée. 

Salamandre tâchetéeCes animaux appartiennent à la grande famille des amphibiens. Il faut savoir qu’ils sont essentiellement forestiers même s’il est possible de les rencontrer dans un bocage. Ceux-ci sont des espèces remarquables pour plusieurs raisons :

- L’immense majorité des amphibiens possède des poumons à l’âge adulte et affectionne l’écosystème terrestre alors que leurs larves sont aquatiques et munies de branchies.

- Les salamandres et tritons possèdent un mucus tapissant leur peau permettant d’éviter leur dessèchement et de respirer même sous l’eau !

- Les salamandres excrètent une substance toxique lorsqu’elle se sent en danger. Donc si vous avez l’occasion d’en toucher une, pensez à vous laver les mains directement après, sous peine de subir des vomissements répétés.

- Ces animaux, craignant le soleil, sont essentiellement nocturnes, ainsi, pour les observer le meilleur moment est le crépuscule.

Larve de salamandre tâchetéeLes larves de salamandres sont très faciles à observer dans une forêt. Si vous avez l’occasion de parcourir les allées de la forêt d’Uxeau, vous pourrez les admirer sans difficulté pour peu que vous croisiez la route d’une petite mare peu profonde. Les larves de tritons et salamandres sont presque similaires, cependant il est facile de reconnaître celles des salamandres qui sont les seules à posséder des tâches jaunes au niveau des pattes.

 

 Triton palmé

*Rubrique de Pierre Agnola

 

 

 

58L’orchidée est sans aucun doute l’une des plus belles réussites de l’évolution végétale récente (environ 20 Millions d’années). En effet, autant par son apparence foisonnante, gracieuse et colorée que par sa biologie tout à fait particulière, l’orchidée intéresse et fascine.
Forte de 25 000 à 30 000 espèces, la famille des orchidées est immense. La plupart de ces espèces vivent au niveau des tropiques, véritables hotspots de biodiversité. Cependant, certaines ont eu la bonne idée de s’acclimater au climat de la France métropolitaine, si bien que l’on y compte 145 espèces différentes d’orchidées.
Les orchidées mâles sont en fleurs actuellement au terril de Morteru. C’est donc l’occasion de faire un rapide focus sur ce végétal et de rappeler à quel point il est remarquable.

 

La rubrique de Pierre Agnola

des stratégies pour passer l’hiver

6Il frappe à notre porte. Les gelées matinales tapissant de blanc les paysages sanvignards ne trompent pas : l’hiver est là. Cette période impacte très fortement la nature environnante, notamment la flore, en raison d’une intensité lumineuse faible qui induit des températures basses. Par exemple, le sol hivernal étant parfois gelé pendant de longues périodes, l’eau est inexploitable par les racines des arbres.
En hiver le mot d’ordre des végétaux, c’est résister le plus efficacement possible au froid et au peu d’ensoleillement. Bon nombre de végétaux se mettent alors en « vie ralentie » ou « dormance ». Quelles sont ces stratégies pour passer l’hiver et en quoi diffèrent-elles ?

1 - Les arbres feuillus, comme évoqué dans la précédente rubrique, perdent leurs feuilles. Ce phénomène leur permet d’économiser leur réserve en eau en évitant l’évapotranspiration par les feuilles. Aussi, grâce aux réserves accumulées durant le printemps et l’été, des feuilles en devenir se trouvent en bout de chaque branche et sont protégées par une écaille protectrice : ce sont les bourgeons.

5

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent le bon fonctionnement de notre site et de ses services. En savoir plus J'ai bien compris